mercredi 5 avril 2017

Chroniques en Thalys - Alex Vizorek



Chroniques en Thalys
 
Alex Vizorek




Bonjour à toutes et à tous,
 
En ce début de mois d'avril ensoleillé, je vous propose le livre d'une personne bien connue des médias : Alex Vizorek, chroniqueur sur France Inter et dans C l'Hebdo sur France 5 et ancien rédacteur de billets d'humour pour Le Soir. Ce livre est un recueil de ses plus belles chroniques télévisées, radiophoniques et journalistiques.


A. Caractéristiques du livre

Titre =  Chroniques en Thalys
Auteur = Alex Vizorek
Edition - Collection = Editions Kero en grand format et Points Seuil en poche
Date de première parution =  2015
Nombre de pages =  288 pages


Note pour l'essai = 16 / 20

 
B. Quatrième de couverture

Si la Belgique était une île, elle serait reliée à la France par le pont Vizorek. Dans ses chroniques, l'humoriste bruxellois vante les illustrations du calendrier de Clara Morgane, décrit avec une pointe de jalousie le sex-appeal de Patrick Bruel et compare sans complexe la Tour Eiffel au Manneken-Pis. Bref, il croque la France comme il croquerait une frite : avec amour.


C. Mon avis sur le livre

Quand j'ai rencontré Alex Vizorek au dernier Salon du Livre de Bruxelles, il donnait une conférence de presse avec un autre humoriste-écrivain belge, Thomas Gunzig. Dans cette conférence il a dit la chose suivante, à propos de ses chroniques : son but était avant tout d'être pertinent avant d'être drôle. Toutefois, je peux rassurer tout le monde, il est toujours pertinent, mais très souvent drôle et insolent également.

Ce recueil de chroniques est une merveille : quel que soit le sujet abordé (sciences, Belgique, people...), Alex Vizorek le traite avec toujours le même talent, qui est immense. Les chroniques sont extrêmement bien écrites, pertinentes à souhait et sont agrémentées assez souvent de phrases-chocs qui provoquent d'incessants rires.

Vraiment, si vous ne connaissez pas Alex Vizorek, foncez sur ce livre, vous découvrirez, au-delà d'un chroniqueur, un véritable artiste qui, en plus, est d'une grande sympathie et d'une grande modestie.


D. Quelques bons passages du livre



Bon, moi, j'ai commandé [les livres de] Dave et Spinoza, et le site (cfr : Amazon) m'a dit : "Cher client, vous pourriez peut-être aimer les anxiolytiques ?". (p. 12)
---------------------------------------------------------------------------------------------------------
Pour conclure cette analyse comparée des œuvres de Dave et de Spinoza, je voudrais citer quelqu'un qui me tient à cœur, un grand du rire, un fondamental de l'humour littéraire, je dirais même un stakhanoviste de la gaudriole...Je veux bien sûr parler d'Henri Bergson ! 
 
Je sens que ceux qui le connaissent pouffent déjà de rire. Pour ceux qui ne le connaîtraient pas, c'est un vrai boulimique du calembour qui, à ses heures perdues, était professeur de philosophie au Collège de France, et qui - gage de drôlerie - a écrit un livre qui s'intitule Le Rire. Quand on voit sa tête, on n'est pas certain qu'il soit passionné par son sujet. 
 
C'est un petit peu comme si Bernard Tapie écrivait un livre s'intitulant l'Honnêteté ou Franck Ribéry Le Charme...Non, pardon, c'est idiot...Franck Ribéry qui écrirait un livre ! (p. 14)
----------------------------------------------------------------------------------------------------------
(Vizorek imagine l'Académie Française en 2030) : Entre, ici Picouly ! Vous voilà enfin des nôtres ! Vous êtes sous la coupole, dans cette institution aussi noble que surprenante puisqu'elle a refusé vingt-quatre fois Zola et accepté Valéry Giscard d'Estaing, l'un ayant écrit Le Bonheur des Dames, l'autre étant encore persuadé de le faire.  (p. 19)
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Visiblement, en France, la polygamie est interdite par la loi, mais respectée dans les faits...      (p. 32)
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour ceux qui ne connaîtraient pas le Bescherelle, ce sont des verbes qui se conjuguent, donc qui varient en modes, en temps, en personnes et en nombres. Un peu comme les électeurs de l'UMP.  (p. 40)
---------------------------------------------------------------------------------------------------------
Le Bescherelle s'adapte à son époque. Il a même une page de fans sur Facebook qui compte près de 64.000 personnes. C'est bien mais peu à côté de Franck Ribéry qui, lui, a près de 330.000 fans...L'utilisation du subjonctif a du souci à se faire... (p. 40)

---------------------------------------------------------------------------------
Depuis que je fais ces chroniques le mardi matin, on a reçu Luc Chatel, Vincent Peillon, NKM...Bref, c'est la première fois que je chronique un comédien...de métier (cfr. : il s'agissait de Guillaume Galienne)   (p. 47)
----------------------------------------------------------------------------------------------------------

En lisant vos dossiers de presse, j'ai constaté que vous êtes toutes les deux trentenaires, de gauche, féministes et intermittentes du spectacle...vraiment, vous voulez pas trouver de mec ?   (p. 53)

-------------------------------------------------------------------

Ce matin, je vous parle d'un gros évènement culturel à venir, l'ouverture dans un mois, de la Fondation Louis-Vuitton, le cadeau de Bernard Arnault à Paris. Lui que Bruxelles a reçu en cadeau ! Les villes, c'est comme les femmes, on est toujours fourré chez sa maîtresse, mais celle qui coûte et à qui on offre des cadeaux, c'est sa femme.  (p. 55)

-------------------------------------------------------------------

Faut que je sois au top ! Un Belge à la matinale d'Inter, c'est comme un curé au Crazy Horse, on ne sait pas vraiment pourquoi il est venu...se faire du mal peut-être !  (p. 73)

---------------------------------------------------------------------

Notez que ça n'a pas dû être tellement plus facile au PS cette Epiphanie. Je suis certain que François Hollande a prétendu faire régime pour être sûr d'éviter la fève. Il a déjà du mal à être président, alors roi...et puis pour lui, se choisir une reine, c'est l'angoisse de sa vie !  (p. 96)

------------------------------------------------------------------------

(Parlant de l'homme politique Bruno le Maire) : Cette année, vous avez joué votre propre rôle dans Quai d'Orsay de Bertrand Tavernier. Moi, je trouve ça bien que des politiques jouent, comme ça, dans des films dont ils maîtrisent le thème : j'aurais aimé voir Rachida Dati dans Yves Saint-Laurent; Nathalie Kosciusko-Morizet dans Subway; Claude Guéant dans Garde à vue. J'en ai pour la gauche aussi : [...] Jérôme Cahuzac dans la Vérité si je mens 1,2 et 3.  (p. 98)

-------------------------------------------------------------------

Quant au président de club, François Hollande, qui a aussi un p'tit côté qatari puisqu'il semble gérer avec sérénité la polygamie !   (p. 100)

-------------------------------------------------------------------

Et je dois être respectueux, puisque nous sommes aujourd'hui à l'aube d'un moment historique pour l'Afrique du Nord, avec l'élection probable de Bouteflika jeudi, ce sera la première fois - même dans l'Egypte antique, ce n'était pas arrivé - qu'une momie sera élue de son vivant à la tête d'un État.  (p. 107)

---------------------------------------------------------------------

Ce n'est pas évident d'être drôle sur u sujet qui l'est déjà. Ca fait ton sur ton. Le livre de Valérie Trierweiler est sans doute la meilleure chronique humoristique sur François Hollande. Voilà ma pâle tentative d'égaler la référence quatre jours après la sortie du best-seller.  (p. 111)

-----------------------------------------------------------------------

Je vais dans un endroit branché de Bruxelles, "Chez maman", c'est un très agréable cabaret transformiste qui remet en cause les théories freudiennes, puisque, quand bourré tu couches avec maman, le lendemain, tu te réveilles avec papa.   (p. 124)

------------------------------------------------------------------------
 
Taxi reste à mon sens ce que le cinéma français a fait de mieux en matière de science-fiction. Oui, science-fiction - excusez-moi, mais un film où il y a des courses de voitures et à la fin, c'est une Peugeot qui gagne.  (p. 137)

-------------------------------------------------------------------

Oui, je t'ai compris, ami français, tu aimes quand tes icônes prennent la parole...Même quand c'est pour dire des conneries et dans ce domaine tu as ce qu'il se fait de mieux : Brigitte Bardot.

Et qu'est-ce qu'a encore fait la Tatie Danielle de Saint-Tropez ? (p. 141)

---------------------------------------------------------------------
 
(Brigitte Bardot avait pris la défense d'un chien qui avait gravement blessé un enfant) : Evidemment, certains diront : "On verra ce qu'elle pensera quand le molosse s'attaquera à elle..." Ne soyons pas vengeurs, ne lui souhaitons pas d'être défigurée par un chien...Non, le temps s'en occupe déjà bien assez comme ça !  (p. 142)

-----------------------------------------------------------------------

Alors, qui est Sting ? Pour les jeunes qui nous écoutent, Sting, il est connu dans le monde entier, c'est une mégastar de la musique. Si vous voulez, pour votre mère, c'est l'équivalent de Justin Bieber, sauf que Sting, on se souvient de ses chansons trente ans après.  (p. 153)

------------------------------------------------------------------------

Amies françaises, si vous lisez Psychologies Magazine, vous finirez toutes comme Brigitte Bardot : frustrées par la ménopause avec comme seule jouissance des vidéos de corrida om c'est le torero qui se fait encorner.  (p. 174)

-------------------------------------------------------------------

Cela dit, si je peux donner un conseil à mes amis français qui souhaitent dès à présent abréger les souffrances de leur grand-père, venez en Belgique et, si l'héritage est suffisant, restez-y      (p. 182)

---------------------------------------------------------------------

Kerviel a maintenant la foi. Notons qu'il ne lui reste plus que ça, quand on doit 4,9 milliards d'euros à la Société Générale, il vaut mieux croire en Dieu.  (p. 204)

------------------------------------------------------------------------
 
En gros, si le jour du Seigneur, vous avez besoin d'une pince-monseigneur, vous pouvez toujours prier. C'est cohérent puisque même Dieu ne travaillait pas le dimanche.

Pourtant, en bon chef d'entreprise, il oblige ses employés, les curés, à prester ce jour. Dieu est donc bien à l'image de ses disciples, un adepte du "faites ce que je dis, pas ce que je fais !"  (p. 211)

-------------------------------------------------------------------

Je lis les articles qui traitent du sujet. Tout le monde est d'accord, ouvriers, patronat, clients : Sunday is just another day. Tout le monde, sauf les syndicats qui se sont retrouvés comme un asexuel dans une partouze : en plus de ne pas vouloir participer, ils essaient de gâcher la fête.  (p. 212)

-------------------------------------------------------------------

[Le dimanche] Même les filles de joies travaillent ! C'est paradoxal puisque, à elles, vous pouvez demander une brouette...mais pas à Monsieur Bricolage !   (p. 212)

---------------------------------------------------------------------
 
Cet été [Londres 2012] pour voir des médailles belges, il valait mieux aller au défilé militaire du 21 juillet plutôt qu'à la descente de l'Eurostar de notre délégation. La bien nommée puisqu'elle a su très sportivement déléguer les grandes performances à d'autres nations. Coubertin peut être fier de nous : on a bien participé.  (p. 227)

-----------------------------------------------------------------------

Nous, les Belges, on a tellement bien compris ça que, dès qu'on en a une qui nous casse les oreilles, on essaie de faire croire qu'elle est québécoise. Lara Fabian est née à Etterbeek, un arrondissement de Bruxelles, eh bien la moitié du monde pense qu'elle vient de chez vous sous prétexte que quand elle brame ses chansons, on pourrait lui enfourner deux portions de poutine dans le gosier sans qu'elle s'en rende compte ! (p. 241)
------------------------------------------------------------------------
 
J'ai même appris des choses. Vous affirmez que la bataille de Waterloo a été perdue par Napoléon à cause d'une crise aigüe d'hémorroïdes [...] Eh bien, ça, je ne le savais pas ! Je savais que quand Napoléon a quitté Waterloo, il avait mal au cul, mais je ne savais pas qu'il avait déjà des douleurs en arrivant !  (p. 246)

------------------------------------------------------------------------
 
Notre devise, c'est : "L'union fait la force". C'est surréaliste...C'est comme si la devise de la France était "Liberté, Egalité, Humilité"... 

En fait, on est un vieux couple, les Flamands et les Wallons sont les Chouchou et Loulou du fédéralisme. D'un côté, la femme, insouciante dépensière et entretenue (la Wallonie) et de l'autre, l'homme, arrogant, égoïste et infidèle (la Flandre).    (p. 249)

------------------------------------------------------------------------
 
Suite à l'affaire Yves Montand, on a dû le déterrer pour les tests ADN de paternité...Si à chaque fois qu'une personne se présente comme étant son enfant il faut le ressortir, Est-ce qu'on ne conseillerait pas à Albert de Monaco de ne pas s'enterrer trop profond ?   (p. 270)
--------------------------------------------------------------------------


 


 
 

1 commentaire:

  1. J'adore écouter les Cafés serrés de Vizorek en podcast et quand je tombe sur l'émission qu'il anime avec Charline Van Honacker, je rigole bien !

    RépondreSupprimer