samedi 21 janvier 2017

Une année particulière - Thomas Montasser



Une année particulière
 
Thomas Montasser




Bonjour à toutes et à tous,
 
En ce samedi glacial, on n'a qu'une envie : lire au chaud sous la couette. Le livre que je vous propose aujourd'hui est un livre sur une jeune femme contrainte par sa tante de reprendre une petite librairie. Un livre "facile" mais qui ne restera pas dans les annales de la littérature.
 
  
A. Caractéristiques du roman

Titre =  Une année particulière
Auteur = Thomas Montasser
Edition - Collection = Presses de la Cité
Date de première parution =  2014 en allemand, 2016 pour la version traduite.
Nombre de pages =  161 pages


Note pour l'essai = 11/20

 
B. Description de l'œuvre (Quatrième de couverture)
   
"Ma nièce Valérie doit s'occuper de tout."

Se retrouver un beau matin avec une librairie sur les bras, Valérie ne s'y attendait pas. Pour elle qui se destinait à une brillante carrière de consultante internationale en économie, quel cadeau empoisonné !

La jeune femme se laisse pourtant prendre au jeu et, indépendamment des comptes de la boutique au bord de la faillite, elle découvre peu à peu la littérature. Kafka, Dickens, Calvino, Pessoa...Une tasse de thé à ses côtés, elle dévore avec joie tout ce qui lui tombe sous la main.

De lecture en lecture, et d'échange en échange avec les clients peu banals du magasin, Valérie commence à prendre goût à sa nouvelle vie, mais c'est un roman singulier intitulé Une année particulière et la rencontre d'un charmant inconnu qui l'aideront à écrire le chapitre décisif de son existence...
 
C. Mon avis sur le roman
   
J'avais trouvé une très bonne critique de ce livre qui me rappelait quelque peu Jolie libraire dans la lumière de Frank Andriat que j'avais lu il y a deux ans et que j'avais adoré...Malheureusement, l'impression que j'ai eue en lisant ce roman de Thomas Montasser est loin d'être aussi positive...

Je qualifierai ce roman de "gentillet" (expression reprise à ma prof d'italien). Il est, certes, facile à lire mais le propos devient vite répétitif. De plus, les personnages secondaires ne sont pas exploités à leur maximum, ce qui va de pair avec des intrigues secondaires assez peu développées et qui restent fades.

Le seul véritable intérêt de ce livre est de nous faire découvrir, grâce à de multiples insertions, quelques classiques de la littérature que nous sommes, par la suite, tentés de lire (ex : Si par une nuit d'hiver un voyageur d'Italo Calvino)...Dommage !
 
D. Quelques bons passages du roman
 
L'époque à laquelle tante Charlotte avait ouvert sa librairie n'était sûrement pas la moins propice au commerce des livres, les esprits avaient jeûné eux aussi et les gens étaient avides de bonnes histoires, de réflexion et de pensées intelligentes. Pas bête comme activité pour l'époque, se dit Valérie. Sauf que la vieille dame n'avait pas évolué avec son temps et n'avait rien modifié durant toutes ces années. Evidemment, elle avait été dépassée par les concepts marketing et le glamour des nouveaux médias. Qui, s'il vous plaît, lisait encore des livres, de nos jours ?  (p. 19)
---------------------------------------------------------------------------------------------------------
Il faut s'imaginer Ringelnatz & Co. comme une boutique réputée inexploitable selon les critères actuels. Trop peu de surface. Un si petit commerce pourrait à la rigueur rapporter s'il vendait des produits haut de gamme, des bijoux ou des montres par exemple, peut-être du maquillage de luxe, en supposant une clientèle fidèle qui vieillit dans l'opulence. Mais une librairie peut difficilement se soustraire au diktat de la masse.  (p. 32) 
----------------------------------------------------------------------------------------------------------
Il est vrai qu'après Italo Calvino et deux tomes de Robert Gernhardt, Valérie allait déjà beaucoup mieux. La littérature comme thérapie ? Elle ne l'aurait pas dit en ces termes. Et pourtant la jeune femme soupçonna que ces petites escapades dans le monde de l'humour l'avaient aidée à vaincre l'infection lorsque, deux jours plus tard, elle se retrouva en forme, sans aucune difficulté pour rassembler ses forces et se mettre à la tâche.  (pp. 33-34)
 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------
La littérature peut en effet fasciner un être et capter toute son attention. Elle peut le soustraire aux petites misères du quotidien et le transporter vers d'autres mondes au point qu'il s'y abandonne corps et âme.  (p. 47)
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Les rideaux de théâtre sont une merveilleuse invention pour dissimuler le banal et susciter la curiosité pour l'extraordinaire.  (p. 49)
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Le livre est une expérience pleinement sensuelle si on renonce un instant à le voir comme un simple véhicule de la pensée - c'est une œuvre totale.  (pp. 55-56)
---------------------------------------------------------------------------------------------------------
Celui qui pense qu'une librairie ne réserve aucune surprise se trompe. Cert'es, on peut considérer la vente de livres comme quelque chose de prévisible, de commercial, voir d'ennuyeux. Mais tout n'est pas écrit d'avance. Bien qu'extrêmement rare, l'inattendu finit à coup sûr par arriver : le client  (p. 71)
---------------------------------------------------------------------------------
Découvrir un livre, cela signifie s'affranchir des nécessités du quotidien, arracher sa propre vie à l'ici et maintenant et la replanter ailleurs le temps de la lecture.  (p. 135)
----------------------------------------------------------------------------------------------------------