lundi 22 mai 2017

Les nouvelles brèves de comptoir - Jean-Marie Gourio



Les nouvelles brèves de comptoir
 
Jean-Marie Gourio




Bonjour à toutes et à tous,
 
En cette fin de mois de mai, je vous propose un recueil des "pensées légères" (quoique) les plus célèbres de France : les célébrissimes Brèves de comptoir recensées par l'auteur Jean-Marie Gourio.

Dans ces plus de 2000 citations, tout y passe : les réflexions intelligentes, les incompréhensibles et même les plus affligeantes.


A. Caractéristiques du livre

Titre =  Les nouvelles brèves de comptoir
Auteur = Jean-Marie Gourio
Edition - Collection = Robert Laffont
Date de première parution =  2008
Nombre de pages =  423 pages


Note pour l'essai = 13 / 20

 
B. Quatrième de couverture

Les Brèves de comptoir sont nées il y a vingt ans. Ce sont des petites phrases entendues dans les cafés. Un peu partout. Chaque jour. Place Maubert ou à Rennes, à Annecy, à Talloires, dans les cafés de Strasbourg ou de Sens. Dans ce petit bistrot d'un village de Bourgogne perdu au milieu des champs. Dans un PMU de Vitry. Dans ces minuscules troquets miraculeusement vivants dans ces rues minuscules elles aussi mais désertes. Au fils des jours et des balades. Au fil du temps. Des jours de pluie. Il suffit d'être au comptoir avec les gens. Juste écouter pour le plaisir. Et noter ces mots dits en liberté. Qui poussent vivement sur les comptoirs comme les coquelicots le long des routes.


C. Mon avis sur le livre

J'ai trouvé ce livre dans une brocante samedi dernier et l'ai acheté sans hésiter, étant donné que j'avais déjà beaucoup entendu parler de l'humour de ces brèves de comptoir et que j'avais même acheté le film qui avait été tiré de ces Brèves, film assez plaisant au demeurant.

En lisant ce livre, mon enthousiasme ne s'est pas émoussé. Certes toutes ces brèves ne sont pas forcément drôles (certaines même sont effarantes de cynisme), mais, tout au long de ces 400 pages de citations, on essaye de trouver la perle rare de l'humour bistrotier, ce qui fait qu'on ne peut pas lâcher le livre avant la fin, même si, au bout de 400 pages, ça commence à faire un peu long tout de même.

En somme, un livre de "citations" relativement plaisant qui détient un trésor d'intelligence, de logique (mais parfois aussi de bêtise) insoupçonnable dans de tels endroits.
 

D. Quelques bons passages du livre

C'est bien les progrès de la science, le mousseux ne fait plus mal à la tête.    (p. 15)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------
Une vache qui regarde une voiture passer, elle sait pas que c'est une vache à lait qui passe. (p. 14)
----------------------------------------------------------------------------------------------------------
À force que les patrons nous laissent que les miettes, on va s'envoler comme des oiseaux !  (p. 20)
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Il zigzague pour rentrer, alors que même le caniveau est droit.  (p. 28)
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Dommage que l'école c'est con, parce que les cahiers c'est joli.  (p. 38)

---------------------------------------------------------------------------------------------------------
Plus c'est un géant des lettres et plus le livre est écrit petit.   (p. 39)

---------------------------------------------------------------------------------
Avec les trente-cinq heures, si t'habites loin du boulot, t'as même plus le temps d'y aller.   (p. 42)
----------------------------------------------------------------------------------------------------------

L'ascenseur social en panne, faut pas l'attendre, faut prendre l'escalier.  (p. 43)

-------------------------------------------------------------------

La mère, elle a un gros ventre à la naissance, et le père, il a un gros ventre après !  (p. 47)

-------------------------------------------------------------------

Il ne faut pas que le robot soit trop intelligent, sinon il voudra plus rien foutre.  (p. 51)

---------------------------------------------------------------------

Soixante million d'euros, c'est plus un pot-de-vin, c'est toute la vigne !  (p. 57)

------------------------------------------------------------------------

Il ne veut pas me parler parce que je suis alcoolique ! Dans le quartier, il risque pas de parler à quelqu'un !  (p. 61)

-------------------------------------------------------------------

Chat échaudé craint le connard qui l'a foutu dans l'eau.   (p. 65)

-------------------------------------------------------------------

Les écologistes, ils s'en foutent de la planète, ce qu'ils veulent c'est faire du vélo dans Paris pour faire chier les taxis. (p. 77)

---------------------------------------------------------------------

Dans le monde, la plus grande puissance, c'est l'ennui.  (p. 98)

-----------------------------------------------------------------------

Les cons, j'en suis, et c'est pas un compliment pour les cons.  (p. 103)

------------------------------------------------------------------------
 
Je l'ai pas dit, pour dire une connerie, je l'ai dit comme ça.  (p. 105)

-------------------------------------------------------------------

Le refuge de montagne, ils le mettraient en bas, on serait pas obligés de monter.  (p. 113)

---------------------------------------------------------------------
 
Tu restes trop longtemps en Bretagne, t'as les ouïes qui te poussent.  (p. 119)

-----------------------------------------------------------------------

Quant t'es con, c'est pour la vie, et même après.  (p. 129)

------------------------------------------------------------------------

Au Brésil, la plume au cul, c'est le costume national.  (p. 132)

-------------------------------------------------------------------


Quand t'as pris une tuile sur la gueule, tu dis plus que le vent c'est une énergie douce !  (p. 140)

---------------------------------------------------------------------

L'administration, c'est la jungle, mais sans Tarzan.   (p. 161)

------------------------------------------------------------------------
 
Le Grand-Prix de Monaco, si tu rates un virage, chaque fois tu rentres dans une banque.  (p. 162)

-------------------------------------------------------------------


J'envoie chier les clients, mais poliment...  (p. 170)

-------------------------------------------------------------------

Si t'es là quand un poussin sort de l'œuf, il croit que c'est toi la mère...Si c'est pas des cons ceux-là aussi...  (p. 173)

---------------------------------------------------------------------
 
Un mois de pluie en une journée, putain, ça arriverait pas avec un mois de paye !  (p. 184)

-----------------------------------------------------------------------

Les grands peintres étaient malheureux, alors ceux qui ont créé une merde, je te raconte pas...  (p. 188)


------------------------------------------------------------------------
 
J'ai vu le sosie de Johnny, exactement la gueule à Adamo.  (p. 194)

------------------------------------------------------------------------
 
Un patron de bistrot, il est le patron tout seul, il a pas besoin de Premier Ministre.  (p. 201)

------------------------------------------------------------------------
 
Un test ADN, si c'est pour savoir que je suis con, c'est pas la peine !   (p. 202)
---------------------------------------------------------------------

La langue la plus dure à apprendre, c'est se taire.  (p. 210)

------------------------------------------------------------------------
 
J'ai une chienne qui rentre jamais, je l'ai appelée Cecilia... (p. 221)

-------------------------------------------------------------------

Quand la bonne femme enceinte elle perd ses eaux, c'est la cérémonie d'ouverture.  (p. 236)

-------------------------------------------------------------------

Ils m'ont rendu mon permis, je me refais les routes, pour savoir si les virages sont encore dans le bon sens.   (p. 236)

---------------------------------------------------------------------
 
Travailler plus, au gardien de nuit, on va pas lui rallonger la nuit.  (p. 240)

-----------------------------------------------------------------------

Ségolène Royal, elle a une tête à vouloir mettre des suppositoires à toute la France... (p. 241)


------------------------------------------------------------------------

 
Travailler plus, ça ne me gêne pas, je fous déjà rien.   (p. 244)

------------------------------------------------------------------------
 
Le seul ascenseur social, c'est la Française des Jeux.  (p. 245)

------------------------------------------------------------------------
 
Un vieux millésime de bordeaux, tu le mettras pas à l'hospice, alors que ta mère...   (p. 247)
---------------------------------------------------------------------

Cinq gendarmes autour de la voiture, on aurait dit une conférence de presse.  (p. 248)

------------------------------------------------------------------------
 
Quand la mère boit, l'alcool passe dans le lait, le bébé tète en jouant à la belote.  (p. 254)

-------------------------------------------------------------------

Le patron du bar peut pas être client à cause du cumul des mandats.  (p. 257)

-------------------------------------------------------------------

Les alcooliques, on les date pas au Carbone 14, on les date au Pastis 51.   (p. 261)

---------------------------------------------------------------------
 
À force de fumer sur les trottoirs, on va donner le cancer aux pigeons !  (p. 262)

-----------------------------------------------------------------------

Avec tous les flashs sur la route, quand je roule, c'est le Festival de Cannes !  (p. 241)

------------------------------------------------------------------------

 
La Bourse, c'est le casino, sauf que là, les bandits sont pas manchots.  (p. 266)

------------------------------------------------------------------------
 
On a plus le droit de fumer dans les endroits publics, et même chez moi c'est public, y a ma femme.  (p. 281)

------------------------------------------------------------------------
 
Une femme qui a six enfants, si elle est riche elle a six enfants, si elle est pauvre, elle a pondu une demi-douzaine de gosses.  (p. 285)
---------------------------------------------------------------------

Ma grand-mère elle a pas fait l'école, ça l'a pas empêchée d'avoir une moustache comme un instituteur.  (p. 294)

------------------------------------------------------------------------

Les chats voient en noir et blanc, c'est pour ça qu'ils aiment bien habiter chez les vieux. (p. 211)

-------------------------------------------------------------------

En France, on aime rien, alors imagine si on est breton !  (p. 306)

-------------------------------------------------------------------

Incinérer un alcoolique, c'est des coups à faire péter tout le bâtiment !  (p. 324)

---------------------------------------------------------------------
 
Le pouvoir rend fou, mais surtout il rend con !  (p. 330)

-----------------------------------------------------------------------

Repasser des trente-cinq heures aux quarante heures, ça va nous faire cinq heures de plus à regarder la pendule.  (p. 333)


------------------------------------------------------------------------

 
Avec ce qu'ils boivent à EDF, je sais pas comment y a pas plus d'électrocutés.   (p. 336)

------------------------------------------------------------------------
 
Je préfère être arrêté par un flic que par un gendarme, les gendarmes, c'est des militaires, alors que la police elle boit du Ricard.   (p. 361)

------------------------------------------------------------------------
 
Le plein de la voiture plus le plein du chauffeur, ça devient cher de prendre la voiture !  (p. 366)
---------------------------------------------------------------------

La grève à la télé publique, la deux, la trois, qu'Est-ce qu'on s'en fout, on a deux-cent cinquante chaînes... (p. 395)

------------------------------------------------------------------------
 
Un bébé conçu dans une éprouvette, faut pas s'étonner si plus tard, il picole.  (p. 401)

-------------------------------------------------------------------


Moi j'aime que les desserts : le génépi, le rhum, la prune, la poire...  (p. 409)

-------------------------------------------------------------------

- Moi, je suis d'accord avec la semaine de travail de quarante heures.

- Toi, dis pas des mots que tu connais pas.   (p. 415)

---------------------------------------------------------------------
 
Je suis mère porteuse, c'est toujours moi qui monte les courses.  (p. 416)

-----------------------------------------------------------------------

J'ai mon foie qui filtre plus rien, on dirait la frontière espagnole... (p. 425)


------------------------------------------------------------------------